L’autre côté de la montagne

J’ai eu envie de partager un petit quelque chose ici, suite à la publication de Loounie concernant sa relation avec la course et comment celle-ci évolue.

Je voulais premièrement publier ce texte sur Instagram, mais classique à moi-même, j’en avais plus long à dire que 2200 caractères.

Avoir une relation saine avec mon corps, j’ai toujours vu ça comme une genre de montagne impossible à gravir. Ou encore, que c’était réservé pour un club de personnes VIP qui avaient catché quelque chose de plus que moi.

J’ai des souvenirs clairs de m’être assise sur la petite toilette de ma maison en Ontario, d’avoir regardé ma bédaine, de l’avoir prise dans mes mains et d’avoir souhaité qu’un ciseau magique puisse la faire disparaître.

À 11 ans, j’ai noté mon tour de taille dans mon journal, comme si un processus magique allait s’enclencher et que ce serait suffisant pour maigrir.

J’étais tellement poche en éducation physique, que mes profs me faisaient passer parce que j’étais fine. Courir, faire des burpees, jouer au badminton (?!), ou au volleyball (?!?!?!), maudit que j’haïssais ça.

À 18 ans, j’ai perdu 30 livres en suivant un régime qui calcule les calories et les portions au gramme près. Même si j’ai effectivement maigri, je n’ai aucun souvenir de m’être trouvé mince – même si, en voyant des photos des années plus tard, je l’étais clairement.

Je me suis toujours sentie mal de manger autant que mes frères, ou d’avoir un solide penchant pour tout ce qui est pain, pâte, salé et croustillant. Comme si mes papilles gustatives étaient mal élevées.

J’étais persuadée de ne pas avoir eu de chum avant l’âge de 20 ans parce que j’étais pas assez belle.

Et puis, enceinte, j’ai trouvé le moyen de juger mon ventre encore une fois parce que – comble de l’ironie – je ne trouvais pas que j’avais l’air assez enceinte. Cette dernière phrase ne fait aucun sens mais c’est réellement ce que je pensais.

Je ne crois pas avoir souffert d’un trouble alimentaire précis, mais mon apparence et mon corps ont toujours été une source d’anxiété.

L’affaire, c’est que cuisiner, c’est ma plus grande passion. Dans mes temps libres, si je ne suis pas en train de faire à manger, je regarde sûrement des vidéos de bouffe, ou je lis des livres de recette.

Ma plus grande difficulté est donc aussi ma plus grande passion. J’ai dû apprendre à co-habiter avec ces deux contradictions.

Et puis, du jour au lendemain, je ne sais pas trop comment ni pourquoi, la maternité m’a offert un cadeau.

Une invitation, plutôt.

Une invitation à passer de l’autre côté de la montagne.

Pour la première fois de ma vie, ne pas bien prendre soin de moi (physiquement et mentalement), voulait dire moins bien prendre soin de ma fille.

Et ça, ça fesse.

Pour la première fois de ma vie, j’ai vu l’impact positif de la nourriture et de l’exercice sur mon énergie et mon humeur. Je n’ai plus eu une mentalité tout-noir-tout-blanc.

La nourriture et l’exercice sont passés du camp des ennemis au camp des alliés. Je pense que j’ai enfin reçu mon laisser-passer pour ce fameux club VIP.

Je mange pour me sentir bien. Je cuisine ce qui m’apporte le plus de plaisir. Et je bouge pour me sentir bien.

That’s it.

Je marche. Tous les jours.
Je fais du yoga et des petits entrainement gratuits de 10 minutes sur Youtube.


Parce que 10 minutes, je sais que je suis capable de faire ça, anytime, anywhere.

Et parce que sérieux, fuck les burpees.

Avoir une fille me pousse à devenir un exemple de femme pleinement assumée, vivante, qui MANGE, qui BOUGE pour le plaisir, et surtout… qui est libre.

L’autre côté de la montagne, c’est enfin doux.

C’est enfin paisible.

Enfin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :