23 gestes écolos et faciles

Ici, c’est une zone zéro-culpabilité.

Mon but n’est pas de dresser la liste de tous mes gestes écologiques pour te montrer combien je suis une bonne personne… pour qu’ensuite tu penses que t’en fais pas assez, et que tu sois paralysé par la culpabilité.

No no no no no.

Toutes les idées ci-dessous, je les ai intégrés tranquillement à ma vie, sans pression et sans me vider les poches. C’est tout simplement une liste de propositions, et je te suggère de t’engager à en intégrer seulement une, qui te semble facile et accessible.

Bonne lecture!

Dans la toilette

  1. Mouchoirs lavables

Mon frère et ma belle-soeur m’ont offert des mouchoirs lavables en cadeau il y a quelques années, dans une belle boîte en bois (on est ce genre de famille). Je ne pensais pas aimer ça, mais ils ont fini par me charmer. Ils s’adoucissent au lavage et… ça pogne mieux les crottes de nez. Bin oui!

  1. Rasoir en métal

J’ai fait le saut il y a deux ans, et ça a mérité un post Instagram tellement j’étais contente du switch.

  1. Coupe menstruelle

Ma Diva Cup a changé ma vie. Juste besoin de la changer le matin et le soir ? Oui oui et oui. J’étais rebutée quand on m’a parlé du concept pour la première fois, mais maintenant c’est les tampons qui me rebutent. Malgré tout, mes règles ne sont pas zéro déchet à 100%, car je n’ai jamais été capable de m’habituer aux serviettes sanitaires lavables, même après plusieurs essais.

  1. Brosse à dents en bambou compostable

Dom et moi avons des brosses à dents électriques qu’on compte utiliser jusqu’à ce qu’elles brisent (dans très longtemps, sûrement). Mais pour Arielle, j’ai acheté une brosse à dent en bambou compostable.

  1. Couches lavables

On a décidé d’utiliser les couches lavables par souci économique, mais c’est aussi très bon pour la planète. En plus, c’est cute au boutte.

Source photo: Photo by @frengpartyof5 / Babylist.com

Dans la chambre

  1. Vêtements seconde main

Je ne suis pas une grande magasineuse, alors pour moi c’est facile de ne pas éxagérer côté achat de vêtements. Malgré tout, je cherche presque toujours dans le seconde main avant d’aller voir dans le neuf. J’suis pas très fancy, le Village des Valeurs ça fait bin mon affaire. Il existe aussi le Schwap Club auquel je m’abonnerais sûrement si j’habitais à Montréal.

  1. Louer des livres à la bibliothèque

J’achète très peu de livres. Il y en a tellement à la bibliothèque, c’est gratuit et facile d’accès. Si j’en achète un et que je suis certaine que je ne le relirai pas, je le donne à quelqu’un ou à ma biblio.

  1. Raccomoder soi-même ses vêtements

Je suis une grand-mère dans l’âme, je couds depuis l’âge de 12 ans. J’ai l’impression que les gens qui ne savent pas coudre, c’est comme ceux qui ne savent pas cuisiner. Pour-e-quoi? C’est tellement utile!

  1. Transformer ses vieux vêtements

Je découpe nos vieux T-shirts en grand carré, et je m’en sers au primtemps pour nettoyer mes meubles extérieurs ou encore faire des travaux de peinture.

Dans la cuisine

  1. Pellicule de cire d’abeille

J’ai encore de la misère à comprendre pourquoi le Saran Wrap ça ne fait pas faillite. Me semble que c’est zéro forçant de ne pas utiliser ça. La bonne nouvelle c’est qu’on a plein de belles alternatives comme la pellicule de cire d’abeille, ou les couvre-plats réutilisables. (On peut même en fabriquer soi-même avec de vieux vêtements).

  1. Savon en vrac

Dans la grande région de Montréal, presque chaque ville a la chance d’avoir son propre magasin de vrac. J’utilise le même contenant pour mon savon à vaisselle depuis 5 ans. C’est fou pareil, j’ai évité d’acheter une bonne vingtaine de contenants juste parce que je remplis le même à toutes les fois. Ça vaut 100% la peine. En plus, quand tu achètes en vrac, les produits sont habituellement doux pour la peau et l’environnement. Win-win.

  1. Sacs d’épicerie et sacs en filet

Là mon Gérard, si t’as pas encore tes propres sacs d’épicerie, y’a quelque chose que t’as pas compris. Et pour les sacs en filet, tu as sûrement réalisé depuis le début de la pandémie que les #/@$% de sacs en plastique sont impossibles à ouvrir sans te licher les doigts. So, quess t’attends?

  1. Essuie-tout réutilisable

J’utilise ceux de la marque KLIIN et je tripe! Je m’en sers pour nettoyer ma table et mon comptoir de cuisine. Ils restent propres très longtemps, se lavent bien (je les mets au lavage même si c’est déconseillé) et hop au compost quand ils sont trop usés.

  1. Brosse à vaisselle en bois

J’ai fait le switch l’an dernier pour cette brosse à vaisselle en bois. Je l’aime bien, mais elle se dégrade plus rapidement que je pensais. Sauf que tout est compostable, alors c’est pas si pire.

  1. Acheter local et de saison

Ok, je suis ZÉRO snob là-dessus: oui j’achète des avocats et des bananes de l’autre bout du monde. Je fais quand même des efforts pour autre chose: cet hiver, je n’ai presque pas acheté de tomates ni de concombres, à part celles qui proviennent des serres du Québec. En plein hiver, c’est le moment le plus difficile. Le reste de l’année, c’est assez facile (et délicieux!) d’acheter local et de saison. Vivement le retour des marchés publics!

  1. Planifier ses menus

Les gens font quoi à l’épicerie sans liste?! Je me pose sérieusement la question. Planifier les repas m’éviter de gaspiller et me simplifie la vie, surtout les soirs de semaine.

  1. Avoir sa bouteille d’eau

Ça aussi mon Gérard, yé temps que t’arrives en ville. J’ai fait un projet au secondaire sur l’effet nocif des bouteilles en plastique sur notre santé et sur celle de la planète… Ça m’a légèrement traumatisé. Je crois en avoir acheté seulement une ou deux depuis, en cas d’extrême soif. Je traine ma bouteille d’eau pa-re-tout.

  1. Tapis de cuisson antiadhésif

Vive cette invention! Ce tapis remplace toutes les sortes de papier de cuisson. Je ne m’en passerais plus et j’utilise même un vieux tapis pour mon pain maison, que j’ai découpé en forme de rond.

  1. Consommer moins de produits préparés

Oui je mange du take-out à l’occasion, oui j’achète des purées en sachets pour ma fille. Dans l’ensemble, j’achète tout de même très peu de produits préparés, principalement car ils sont moins bons pour la santé, mais aussi parce qu’ils génèrent beaucoup de déchets.

  1. Faire du compost

De plus en plus de villes ont ajouté le bac de compost à leur programme de gestion de déchets: c’est maintenant très facile de composter, même si on a pas de place sur le terrain. La ville s’occupe de tout!

  1. Utiliser un sac à sac de plastique

C’est en écoutant le podcast 3.7 planètes de François Bellefeuille que j’ai appris que tous les petits emballages de plastique causent beaucoup de problèmes au centre de tri. Ils sont volatiles et se ramassent à peu près partout sauf à l’endroit où ils devraient être: sur le terrain, dans les tuyaus de ventilation, au plafond, etc. Les centres de tri recommandent de mettre tous ces petits emballages dans un seul grand sac, et de mettre ce grand sac au recyclage.

  1. Napkins en tissu

Dans ma tête, c’est tellement fancy d’utiliser des napkins en tissu. Et ça surprend toujours les invités: << Ah c’est ma napkin ça? >>. Oui mon cher! On peut les acheter d’une entreprise québécoise ou en fabriquer soi-même.

  1. Explorer les options véganes et végétariennes

Essayer des recettes végé en 2021, c’est facile. Pense à un plat que t’aimes, et cherche ce même plat sur Google, en ajoutant le mot végé. Tadam. Ce n’est pas du tout forçant pour moi d’ajouter des recettes végé à mon alimentation: j’aime ça, ça fait travailler ma créativité et c’est moins cher. L’important si tu veux entâmer une transition, c’est de le faire sans te juger et respecter ton cheminement. Manger végé 20, 30, 50% du temps? Parfait! On a pas besoin que ce soit tout noir ou tout blanc. Voici deux recettes délicieuses approuvées par mon mari carnivore: mes pois chiches grillés (en wrap ou en salade) et mon hummus maison.

Je termine en t’offrant quelques ressources en vrac:

  • Le podcast 3,7 planètes de François Bellefeuille. Si tu es au tout début de ta démarche écologique, c’est un must. Léger, drôle et zéro culpabilisant. J’y ai appris que d’aller manifester pour l’environnement, c’était tout aussi important que de faire du compost ou recycler. Tu l’écouteras pour savoir pourquoi!
  • Le blog Vivre Avec Moins par Vicky Payeur. Ex-endettée et surconsommatrice, elle a maintenant un mode de vie minimaliste et offre des formations pour reprendre le contrôle sur notre budget.
  • L’application Ça va où? pour être certain de bien trier ses déchets.
  • Fais une recherche sur Google pour trouver les magasins en vrac près de chez toi. Peut-être que comme moi, tu en trouveras à pied de chez toi! Si tu es une maman de Saint-Eustache, la friperie La P’tite Griffe est un must.

Et pour finir, reste chill. Desfois j’ai envie de slapper tous ceux qui ne font rien pour la planète, mais la violence est rarement la solution. Je fais de mon mieux en sachant que de montrer l’exemple est bien mieux que de dire aux autres quoi faire.

C’est tout!

Je compte faire une semaine complètement végé (peut-être végane?) au mois de mai. Suis-moi sur mes réseaux sociaux si tu es curieuse de voir comment ça se passe.

Et toi, que fais-tu au quotidien pour la planète? Je suis certaine que tu as des petits trucs que je ne connais pas encore.

À bientôt 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :